Lambert Dousson

A propos de l'auteur

Agrégé et docteur en philosophie, Lambert Dousson est Professeur de théorie de l’art à l’École Nationale Supérieure d’Arts de Dijon, où il enseigne l’histoire et la théorie critiques du design et de l’architecture. Ses recherches, à l’intersection de la théorie esthétique et de la théorie politique, portent à la fois sur les problèmes de la subjectivité et du pouvoir dans les théories de l’écriture et de l’écoute musicales aux XXe et XXIe siècles, et sur la manière dont les relations de pouvoir investissent les espaces architecturaux et urbains. Au croisement de ces deux perspectives, il a organisé durant 5 ans un workshop sur les arts sonores urbains et sur John Cage à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier où il a enseigné de 2012 à 2018. Il est l’auteur d’un livre sur Pierre Boulez (Une manière de penser et de sentir. Essai sur Pierre Boulez, Presses universitaires de Rennes, 2017), ainsi que des éditions critiques de L’Œil et l’esprit de Maurice Merleau-Ponty (Gallimard, 2006) et de L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique de Walter Benjamin (Gallimard, 2008). Ses recherches font régulièrement l’objet d’articles, de communications et de conférences, tant sur la musique contemporaine (de Steve Reich à Stockhausen) que sur les rapports entre image et violence (d’Abu Ghraib à la représentation des sans-papiers). Il a co-animé la revue Geste de 2006 jusqu’à son dernier numéro en 2012. Il a également une activité de traducteur, dans le champ de la théorie de l’architecture (Kenneth Frampton, Stephen Graham) comme dans celui de la philosophie de la musique (Lydia Goehr, Politique de l’autonomie musicale, Paris, La rue musicale, 2016, avec Élise Marrou).