“Le livre de Grégoire Cabanne est un livre singulier. Et s'il est singulier, il l'est à différents titres.
Le premier qui me saute aux yeux est que je ne me souviens pas d'avoir lu un livre d'un tel style.C'est assurément du Grégoire Cabanne, et non pas d'un autre. Ceci peut être une satisfaction pour l'auteur et un grand plaisir pour le lecteur qui veut fuir le déjà vu et le déjà mille fois écrit.
Ce livre est également singulier car c'est un ouvrage que l'on peut  lire sans tenir compte de la numérotation des pages. Ainsi, le lecteur peut piocher une page à sa guise, une autre plus loin, et encore une autre plus avant .La lecture ainsi faite devient une loterie qui nous apporte, à chaque pioche, son lot de poésie.
Mais la singularité la plus marquante de la poésie de Grégoire Cabanne peut se mesurer à l'aune de tout ce qu'elle nous dit, car elle est à la fois  philosophie, pensée, réflexion, constatation, et bien d'autres choses encore. Et là, l'auteur nous montre qu'il est en pleine possession d'un art sorti tout droit de son atelier et dont les instruments ne nous paraissent pas connus. C'est son style. Sa patte.
Créateur de mots pour nous divertir et nous étonner. Créateur de ces sublimes instants qui ne reviendront sûrement jamais et qu'il nous faut préserver à tout prix.
Livre singulier également avec Michel et LeÏla, avec Lui, Elle, Toi, car nous voici plongés dans la pluralité des interrogations et des réponses à apporter. Oui, ce livre est bien singulier car il peut devenir un jeu selon l'inspiration du lecteur. Au lecteur de créer son propre jeu. Ses propres règles.”

Hervé Vilez