Les limbes de Luc et Christian Boltanski

Hors-collection

NOMBRE DE PAGES : 100

FORMAT : 20 x 12 cm

PRIX : 16 euros

ISBN : 2-915794-14-4

DATE DE SORTIE : Mai 2006

L’ouvrage

Un livre de Luc et Christian Boltanski d’après un opéra-installation de Franck Krawczyk qui a été donné au Théâtre du Châtelet le 22 avril 2006.

Les limbes est une cantate à plusieurs voix. Elle peut être dite (accompagnée ou non de musique) ou chantée ; présentée en « version de concert » ou mise en scène. Elle peut bien sûr également être lue à voix basse, comme on le fait d’un poème.

Le thème est celui de la sélection. Les limbes contiennent des êtres qui attendent d’être sélectionnés. Ou qui n’attendent plus (mais, allez savoir), ou qui attendent encore. Soit, par conséquent, des êtres qui attendent que la sélection soit faite. Soit des êtres qui, une fois la sélection faite, n’ont pas été sélectionnés : ils ont été rayés de la liste (ils protestent ou ne protestent plus). Soit encore des êtres en stand by : ils n’ont pas été sélectionnés mais ils sont sur une liste d’attente. Au passage du Voyageur, ils s’expriment et disent l’attente, le renoncement, le regret, la justification ou simplement rappellent l’événement de leur chute.
Et ces voix, innombrables, composent une rumeur. Qui pourrait se vanter de n’être jamais tombé dans ces limbes ? Chacune d’entre elles raconte pourtant une histoire personnelle. Chacun de ceux qui s’expriment voudrait être identifié en propre, être reconnu pour ce qu’il est ; pour ce qu’il désire être. Mais ces désirs sans accord s’opposent et se confondent. Leur multiplicité dissociée les dissout.

Les limbes, nés au XIIIe siècle sous la plume de théologiens soucieux du destin des âmes de ceux qui sont morts sans avoir connu ni le péché ni le baptême, sont, aujourd’hui, sortis de nos croyances. Et pourtant, est-il un lieu mieux à même que ne le sont les limbes de qualifier, au moins métaphoriquement, la situation historique qui est aujourd’hui la nôtre, dans cette contrée, l’Europe, où il nous est donné de vivre, certes, pas en enfer ; mais, certes, loin du Paradis. Non dans la nostalgie, mais plutôt dans l’oubli d’un bonheur promis. Dans l’extériorité inqualifiable de la mélancolie. Se souvenir des limbes pour leur résister.

Le livre comprend un texte de Luc Boltanski et des images de Christian Boltanski.

Les auteurs

Luc Boltanski est sociologue, auteur de nombreux livres et articles, dont, aux éditions Gallimard, Le nouvel esprit du capitalisme (avec Eve Chiapello) et La condition foetale : Une sociologie de l’avortement et de l’engendrement.

Christian Boltanski est plasticien, il est aujourd’hui reconnu comme l’un des principaux artistes contemporains français. Tous les objets qu’il convoque dans ses dossiers, ses livres, ses collections,  au-delà d’apparences modestes, confinant parfois à la dérision, sont les  dépositaires d’un souvenir qui leur procure un fort pouvoir émotionnel. Qu’il présente ces objets sous forme de vitrines,  d’archives, de réserves ou simplement d’expositions, il les met en scène  dans l’espace, mais aussi dans le temps. Chaque objet nous replonge à sa  manière dans le passé : le passé personnel, réel ou fictif, dramatique  ou comique, de l’artiste, le passé d’un objet, ou le passé de l’humanité entière.  Ce sont des reliques. Ainsi, toutes les œuvres de Boltanski travaillent sur le souvenir, du souvenir  d’enfance au souvenir des défunts, de l’histoire personnelle à la grande histoire.