La Mémoire en acte : quarante ans de création musicale

Format : 142 × 213 mm

Date de parution : 10 novembre

isbn : 978-2-37804-001-7

Nombre de pages : 288

Prix: 15€

L’ouvrage

À l’occasion des quarante ans du Centre de documentation de la musique contemporaine (CdMC), nous avons souhaité enquêter sur la situation et les conditions de la création musicale aujourd’hui. Comme l’écrit Laure-Marcel Berlioz, directrice du CdMC dans son avant-propos : « Comment se portent les compositeurs, les acteurs de la création musicale, quel est leur avis sur leur situation, la transformation des conditions pour que vive la musique ? Il fallait donner la parole à tous ceux qui se sentent concernés, créer de la ressource nouvelle et laisser derrière nous une matière originale témoignant de notre époque. » Nous avons interrogé quatre- vingt-dix personnalités du monde de la musique : compositeurs, interprètes, journalistes, musicologues et directeurs d’ensembles, de labels et d’institutions. Leurs témoignages ont été regroupés par grandes questions : programmation, écriture, enseignement, médias, interprétation, technologie, rapport à l’étranger… En guise d’introduction, une série de textes problématise de manière plus générale les enjeux de la création musicale contemporaine. L’ensemble dresse un portrait détaillé, passionnant et contrasté de ce monde complexe, qui est aussi le vôtre.

Une coédition CdMC et éditions mf


Quatrième de couverture

La musique contemporaine, longtemps sujet de discorde et d’affrontement, a déchaîné les passions et fait les titres des médias.  Les grandes personnalités tutélaires du siècle dernier Henri Dutilleux, Pierre Boulez, Pierre Henry nous ont quittés. Les nouvelles  technologies numériques se sont immiscées  dans l’art musical comme dans les autres arts. Aujourd’hui multiforme  et disséminée, la musique contemporaine attire en France  de nombreux créateurs venus du  monde entier, grâce à la multiplicité et au dynamisme des ensembles instrumentaux et des centres de création musicale, soutenus par la puissance publique et les sociétés  civiles. Pour fêter ses quarante ans, le Centre de documentation de la musique contemporaine présente  un large panorama de la création musicale du XXIe siècle en donnant la parole à ceux qui la font aujourd’hui. Quatre grands textes présentent les spécificités de la création musicale en France, après quoi un parcours en quatre-vingt-dix voix, émaillé de portraits de compositrices, permet d’explorer ce paysage contrasté.

L’ouvrage sur la page du CdMC

Les auteurs

Un projet coordonné par Laure-Marcel Berlioz, Omer Corlaix et Bastien Gallet, auquel ont participé une équipe d’auteurs (journalistes, compositeurs, chercheurs et musicologues) : Michèle Tosi, Corinne Schneider, Fabien Lévy, Jean-Marc Chouvel, François-Gildas Tual, Henry Fourès, Katherine Vayne, Clément Lebrun, Jean-Guillaume Lebrun et Gilles Charlassier.

Extrait du livre

Avant-propos : Quarante ans et maintenant ?

Le paysage culturel est rythmé par des commémorations. Quel nouveau monde émergeait après 68, à la fin des trente glorieuses, pour que tant d’institutions fêtent maintenant leurs quarante ans ? Comment ces projets ambitieux restent-ils fidèles à leurs fondamentaux, tout en se transformant pour répondre aux changements du monde ?

À la fin de l’automne 2016, le Centre de documentation de la musique contemporaine apprit, après une série de revirements et d’épisodes contradictoires, que son budget était maintenu en 2017 en même temps qu’un prix lui était attribué par la fondation Prince Pierre de Monaco pour son action de soutien à la création musicale. La présidente du jury de ce prix, Betsy Jolas, rappela qu’en 2017 le CdMC aurait quarante ans, et suggéra d’en fêter l’anniversaire.

Fallait-il se tourner vers le passé, les souvenirs ? Ce n’était pas cette perspective-là qui nous animait, mais plutôt: où en est-on de la « musique contemporaine », termes qui nous semblent aujourd’hui incarner une vision esthétique révolue, spécifique du « vingtième siècle » ? Où en sommes-nous après ces quarante ans ? Le contexte artistique, l’engagement des politiques culturelles pour la création musicale, le rapport du public avec une médiathèque et ses ressources, tout a tellement changé. 2017, année électorale, le moment de poser des questions de fond sur la place des arts dans notre société, les enjeux de la création musicale, la transformation des ressources documentaires dans la mutation numérique.

Comment se portent les compositeurs, les acteurs de la création musicale, quel est leur avis sur leur situation, la transformation des conditions pour que vive la musique ? Il fallait donner la parole à tous ceux qui se sentent concernés, créer de la ressource nouvelle et laisser derrière nous une matière originale témoignant de notre époque. Une série de rencontres impromptues permit de dessiner très vite trois projets. Le premier, un projet radiophonique animé par David Christoffel, était un appel à participation des usagers du Centre pour témoigner de leurs découvertes dans le très exceptionnel fonds documentaire du CdMC. Le deuxième projet permit d’envisager, grâce à la collaboration du GRM, une collection de quarante entretiens vidéo avec quarante compositeurs de quarante ans, animée par Arnaud Merlin.

Et pourquoi pas un livre ? La question fut posée à Omer Corlaix et Bastien Gallet, responsables des éditions MF, fameuses pour leurs ouvrages sur les compositeurs et la musique contemporaine. Nous fîmes appel en hâte à une petite équipe de musicologues : Gilles Charlassier, Clément Lebrun, Jean- Guillaume Lebrun, Corinne Schneider et Michèle Tosi, tous acceptèrent sans hésiter de participer à cette aventure. Dès lors les idées fusèrent sur les thèmes à traiter, les personnalités à interroger, les spécialistes à qui demander des articles. Tout ceci se mit en route dans une certaine urgence, avec des délais précipités. Ensuite, dans la tristesse de la disparition de Marianne Lyon, qui dirigea le CdMC pendant trente ans, ce fut aussi le moment de constater qu’il n’existait pas véritablement d’historique du Centre ni de biographie de Marianne, et qu’il était temps de les établir.

Ainsi notre démarche cherche-t-elle à présenter, après quatre grands textes qui situent les problématiques, par la multiplicité des paroles données, une sorte de kaléidoscope, ou de mosaïque de la diversité du paysage de la création musicale française. Là où nous attendions plutôt des opinions ou des avis, ce sont des petits récits colorés de l’expérience de chacun des acteurs qui nous sont parvenus. Ces contributions nous montrent les spécificités du rapport à la musique, les enchevêtrements institutionnels de la formation des compositeurs et des musiciens en France, la particularité de ce pays qui accueille largement et sans distinction les artistes étrangers, et qui a du mal à donner un rayonnement international à ses artistes. Presque la moitié des compositeurs au catalogue du CdMC – qui fait état de la création musicale se jouant sur le territoire national – est d’origine étrangère ! Et seulement 10 % sont des femmes. C’est aussi cet aspect de la question qui nous a décidés à émailler notre propos de portraits et d’entretiens avec des compositrices.

Notre gratitude est immense pour tous les partenaires de ces projets, tous ces témoins qui nous ont généreusement raconté leurs actions et de leurs préoccupations. Merci à l’équipe du CdMC, toujours pleine d’énergie et prête à l’innovation. Merci à la Sacem et au ministère de la Culture qui permettent nos activités, à la Fondation Francis et Mica Salabert qui a apporté son soutien à cet ouvrage.

Bonne déambulation dans ce paysage contrasté.

Laure Marcel-Berlioz
Directrice du Centre de documentation de la musique contemporaine