Les Champs de l’audiovisuel dans Libé

Didier Péron décrit le “magnétisme” du livre de Patrice Blouin dans Libération.

The Thing sur ARTE

Le coup de foudre de la semaine sur ARTE est pour le livre de Dylan Trigg. A voir er revoir ici.

De lave et de fer à l’Ircam

Vendredi 24 novembre de 15h à 18h, rencontre autour du livre de Laurent Feneyrou avec Anne Steiner (sociologue), Patrick Javault (conversateur et critique d’art) et Martin Kaltenecker (musicologue). Ce sera à l’Ircam, place Igor Stravinsky, Paris. Helmut Lachenmann, l’histoire à vif.

Les Champs de l’audiovisuel dans la sélection livre du Monde

Isabelle Regnier se penche sur l’essai du Patrice Blouin dans le journal Le Monde.

De lave et de fer dans art press

Critique élogieuse du livre de Laurent Feneyrou signée Aliocha Wald Lasowski : c’est dans le numéro de novembre du magazine art press.

L’Infra-monde en anglais

L’éditeur anglais Urbanomic vient de publier le livre de François J. Bonnet sous le titre The Infra-World.

Décès d’André Lévy, sinologue et traducteur

Nous avons appris avec tristesse la mort d’André Lévy (le 3 octobre dernier à Bordeaux à l’âge de 91 ans). Immense traducteur et éminent sinologue (il est l’auteur d’études importantes sur le conte et le roman chinois), il traduisit pour les éditions mf deux ouvrages de Tang Xianzu, l’un des grands dramaturges la dynastie Ming, Le Pavillon aux pivoines et L’Oreiller magique.

Dylan Trigg au cinéma Le Champo

Lundi 9 octobre à 20h, soirée-rencontre autour de La Mouche de David Cronenberg au cinéma Le Champo à Paris (51 rue des Écoles). En présence de Dylan Trigg, de Bastien Gallet et de Marie Gil

The Thing dans Libération

The Thing dans la sélection Livres de Libération le 22 septembre dernier : En mêlant les descriptions horrifiques et fantastiques de John Carpenter, David Cronenberg ou H. P. Lovecraft aux analyses philosophiques de Husserl, Merleau-Ponty et Levinas, Dylan Trigg tente à la fois de redéfinir, ambitieusement, « la phénoménologie en tant que méthode de questionnement » et de « démontrer sa valeur à travers une exploration de l’horreur du corps ». […]